Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 15:01

Le 22 novembre 2008, un sans-abri était retrouvé sans vie dans le bois de Vincennes, d'abord présumé mort de froid avant que l'enquête laisse apparaître un décès du au Monoxyde de Carbonne. Ce drame, suivis de plusieurs autres, fut l'occasion pour le gouvernement, adepte de l'effet d'annonce à grand spectacle mais inefficace, de prôner une solution radicale et innovatrice: l'hébergement forcé des SDF par la voix de Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville.

 

Légitimement, ce projet provoqua un tollé, notamment dans les associations de mal-logés mais il illustre bien l’incapacité de la politique de la droite à prendre à bras le corps le problème, pour mieux se réfugier dans le sensationnel. Chaque année, c’est le même scénario, aucune action en profondeur n’est établie, aucun grand plan mis en œuvre, et les premiers froids de l’hiver arrivant, les victimes s’accumulent.

 

Depuis le 1er décembre, les recours en vue de faire respecter la loi DALO sont ouverts devant les tribunaux administratifs, ceux-ci sont déjà submergés de demandes et il est à craindre que la théorie de la « judiciarisation » du droit au logement ne fasse que mettre en avant la faiblesse des moyens mis en œuvre dans la pratique.

 

Le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce l’incurie de Nicolas Sarkozy : Non, pour nous, il ne suffit pas de loger une nuit un sans abri, de lui donner une douche et un repas chaud pour faire croire que notre Etat se montre efficace face à l’augmentation de la grande précarité.

 

La société basée sur la solidarité, non sur la charité et la bonne conscience, que nous défendons depuis toujours ne peut tolérer qu’on veuille obliger des membres des SAMU sociaux (accompagnés de policiers ?) à emmener de force des sans-abris dans des centres d’hébergement, ni que des associations défendant les mal-logés tels les enfants de Don Quichotte et le DAL ne soient condamnés à de lourds amendes et à la saisie de leur matériel, simplement pour avoir démontré l’étendue des problèmes liés au logement dans notre pays.

 

Le Mouvement des Jeunes Socialistes demande que soit mise en place une réelle politique volontariste tant au niveau de l’hébergement d’urgence (création et réhabilitation des Centres d’Hébergement d’Urgence, de stabilisation, d’hébergement et de réinsertion sociale…) que du logement (réquisition des logements vacants, indexation des loyers, lutte contre la surocupation et l’insalubrité…).

 

Demain, comme aujourd’hui, nous continuerons à porter notre exigence que chaque personne ou chaque famille dispose d’un logement digne et décent.

Partager cet article

Repost 0
Published by agir en jeunes socialistes - dans Société
commenter cet article

commentaires