Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 15:03

Le gouvernement continue à fragiliser l’avenir des jeunes de notre pays en s’attaquant au service public de l’Education. Ainsi l’Education Nationale a perdu cette rentrée 11 500 professeurs, mais ces inepties ne s’arrêtent pas là, car 13 500 postes dont 6000 dans le primaire sont amenés à disparaître en 2009, et cela continuera jusqu’en 2012. Ces suppressions massives de postes auront d’énormes conséquences concernant la qualité de l’enseignement. Elles conduiront à des classes surchargées, des horaires réduits, moins d’aides aux élèves sur leur temps scolaire, instituant une école inégalitaire. En somme, ces suppressions de postes ne permettront pas la réussite de tous et laisseront de côté les plus démunis.

 

De ce fait les enseignants s’inquiètent de perdre leur poste, d’être le prochain sur la liste. Aujourd’hui de plus en plus d’enseignants sont vacataires, sans sécurité de l’emploi.

 

De plus, depuis un an le Ministre Darcos prépare une reforme du « lycée à la carte »  très préoccupante. Une remise en cause totale des filières S-ES-L est amorcé et entraînera :

-  la suppression des options artistiques tels que le théâtre, les arts plastiques, la musique…

-  la suppression des TPE (Travaux Personnels Encadrés) qui permettaient aux enseignants et aux lycéens de travailler différemment

-  l’absence du droit à l’erreur avec l’interdiction de redoublement

- la diminution des matières essentielles comme le Français, l’Histoire-Géographie, les Mathématiques, ainsi que l’explosion de l’enseignement des Sciences Economiques et sociales.

 

Mais surtout cette réforme tente d’instaurer une école à double vitesse. Face à cette réforme irrespectueuse du principe de concertation avec les organisations représentatives : syndicats, associations de parents d’élèves, les inégalités entre élèves se creuseront ainsi que celles entre lycée public et privé. En effet l’élève dont les parents auront les moyens de payer des cours particuliers ou de le scolariser dans un lycée privé sera plus favorisé. Pourtant n’avons-nous pas tous le droit à une école laïque et égalitaire et n’est-ce pas le rôle de l’Etat que d’assurer le bon fonctionnement et l’efficacité de cette école laïque.

 

Le Ministre de l’Education nationale, ainsi que le Président, n’ont apporté aucune réponse, ignorant et méprisant les attentes des enseignants, des jeunes et de leurs parents. Au contraire ils multiplient leurs attaques contre le service public de l’Education.

 

Face à cette politique qui sacrifie l’école, le MJS  milite pour un service public de l’éducation de qualité. Nous voulons une école qui permette à tous de se former et à chacun de réussir. C’est pourquoi le MJS soutient et participe aux mouvements de protestation contre la réforme « Darcos ».

Partager cet article

Repost 0
Published by agir en jeunes socialistes - dans Education
commenter cet article

commentaires