Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 15:08

La crise financière atteint désormais l’économie réelle, le président de l’urgence se doit donc d’intervenir ! Un plan de relance a vu le jour le 04 décembre dernier.

Au programme officiel: prime à la casse, investissement massif dans la recherche, grands travaux… et au programme officieux : augmentation du nombre d’heures et de jours consécutifs de chômage partiel annuel.

 

Au Mondial de l’Automobile, Sarkozy avait déjà promis 4 milliards d’Euros à destination des constructeurs pour financer des recherches pour des véhicules propres. Les constructeurs hexagonaux font figure de mauvais élèves par rapport à leurs concurrents européens. Le Bonus/Malus à inciter les acheteurs à se diriger vers des modèles de véhicules économiques, compactes et écologiques.

Six mois après nos 3 principaux constructeurs sortaient pourtant leurs 4007, Koléos, et s’acharnaient dans le haut de gamme. Les sites de Renault Sandouville producteur de la Laguna 3, du Velsatis et de l’Espace et PSA à Rennes sont touchés de plein fouet par le chômage technique et les plans de licenciement. Ils enregistrent une baisse sans précédent de leurs commandes. Pourtant dans le même temps ces mêmes groupes continuent d’avoir un exercice 2008 positif. Des choix stratégiques douteux des dirigeants, une absence d’investissement dans la recherche, un maintien de produits sans client potentiel, accentuent les impacts de la crise.


Quels effets peut-on espérer des propositions de Sarkozy ?

-          Augmentation du nombre de jour de chômage partiel annuel et successif, même si le principe de chômage partiel ne saurait être remis en cause. Autoriser l’augmentation du nombre de jour peut entraîner un recours abusif de certains grands groupes, au même titre que l’intérim ou les départs anticipés à la retraite (on a des commandes, vous venez travailler, on en a moins, restez chez vous !).

-          Prime à la casse : Les 1000€ pourront faciliter l’achat d’un véhicule neuf, mais la relance des sites français n’est pas garanti car ils produisent des moyens/haut de gamme. Cette prime permettra d’augmenter les marges des constructeurs et coûtera plus de 200 millions d’euros aux contribuables.

-          Grands travaux, investissement : En réalité il s’agit de lancer ce qui est déjà acté dans le cadre du grenelle (ligne TGV) ou de l’ANRU (logement sociaux et primo accession) et non pas de nouvelles lignes budgétaires.

 

Une fois de plus Sarkozy manipule les gens en faisant croire à un plan miracle et ne propose rien d’autre que ce qui par le passé n’a pas fonctionné, ou qui est déjà prévu, encore un coup d’épée dans l’eau alors que les français sont dans l’attente de réelles solutions à la crise.

 

Pour relancer l’économie et l’industrie, le Mouvements des Jeunes Socialistes propose la suppression du paquet fiscale, ce qui redonnera des marges de manœuvres sans endetter d’avantage le pays. Ces 15 milliards pourraient permettre de financer une baisse de la TVA d’un point. Le MJS propose que l’état fasse pression sur les organes de crédit pour les obliger à baisser leurs taux d’intérêt. Enfin lorsque cela s’avère nécessaire pour l’équilibre d’un territoire, l’état devra avoir recours à la nationalisation temporaire des entreprises en difficultés.

Partager cet article

Repost 0
Published by agir en jeunes socialistes - dans Economie
commenter cet article

commentaires